Les 5 conseils qui m’ont aidé pour une plus grande confiance en soi

spiritualité confiance en soi

De nombreux sites vous donnent les “10 clefs de la confiance en soi, du bien-être, de la haute-performance etc.” Ici je vous livre 5 conseils que j’ai mis moi-même en application au quotidien et qui m’ont donné une confiance que je n’avais pas avant d’ouvrir ce blog. Voici les 5 conseils qui m’ont aidé pour une plus grande confiance en soi  !

 

Les 5 conseils qui m’ont aidé pour une plus grande confiance en soi :

 

Introduction :

 

Ici, je ne vais pas vous faire les 5 conseils ULTIMES et bien courants que vous retrouverez dans les autres blogs de développement personnel. Tout n’est pas “facile” à mettre en application.

C’est pour cette raison que je détaille chaque point comme je l’ai vécu.

Si je devais ne retenir que 5 conseils, ce serait ceux qui suivent puisque je les ai travaillé sur le long-terme et qu’ils montrent leurs résultats dans ma vie de tous les jours.

On enchaîne avec le point numéro 1.

 

1) Apprendre immédiatement de ses erreurs :

confiance en soi

Ok, vous l’avez vu et entendu partout, et pourtant c’est toujours dur pour certains.

J’observe autour de moi que la plupart des gens sont comme je l’ai été : une tendance à se fustiger quand ils échouent, à râler, à rester sur le sentiment de la défaite.

 

Un présupposé de la PNL m’a donné la solution :

“Il n’y a pas d’échecs, que du Feedback.”

(voir article sur le Feedback).

Il s’agit de considérer un résultat, qu’il soit positif ou négatif, comme un simple retour d’information.

En y réfléchissant, on pourrait alors être au contraire, dans de nombreuses situations, reconnaissant de ce retour d’information.

 

Mais “Pourquoi ?” me direz vous :

Parce qu’une erreur, une faiblesse ou une lacune (appelez ça comme vous voulez au final), nous montre ce qui n’a pas marché et ce qu’il y a à améliorer pour la prochaine fois. Donc, vous pouvez vous remettre au travail immédiatement en apprenant de nouvelles compétences, qui vous rapprocheront un peu plus de (votre définition de) la “réussite” la prochaine fois.

L’homme le plus fort ne se compte pas en nombre de victoires, mais en nombre de fois où il s’est relevé après ses défaites (ou Feedback !).

Cette perspective ne vous fait-elle pas vous sentir plus responsable de votre ressenti et donc “aux commandes” de votre navire ? 😉

 

2) S’intéresser aux autres :

confiance en soi

Les autres vous font peur ? Vous les mettez sur un piédestal en croyant qu’ils sont mieux que vous ? Vous ne savez pas ce qu’ils pensent de vous et ça vous intrigue ? Bien plus que leur vie et leur histoire ?

 

Eh ben vous savez quoi ?

Les autres ont aussi leurs problèmes, même si certains les cachent très bien.

 

D’ailleurs, quand j’ai appris à observer les signes non-verbaux, j’ai reconnu rapidement ce qui relevait de la nervosité ou de la préoccupation par exemple…

Finalement, les autres ne sont pas si sereins que ça sur leur avenir mais ils tentent de faire avec, comme vous. Intéressez-vous à eux, soyez curieux(se) : observez leur gestuelle, leur façon de s’exprimer, ce qu’ils sont seuls et ce qu’ils sont en groupe, remarquez les différences… et si vous avez l’occasion de discuter avec quelqu’un, au lieu de vous soucier de ce que vous allez lui répondre, mettez-vous en empathie avec lui.

C’est-à-dire : écoutez ses émotions au travers de ses mots, des situations qu’il rencontre, de ce qui l’embête, de ce qui le contente, etc.

Les gens aiment parler d’eux-mêmes parce que ça satisfait leur ego, alors faites-les parler. Ainsi vous aurez une formidable occasion d’observer à quel point les gens peuvent vous ressembler sur certains points. Vous vous sentirez moins seul(e) et ça vous rassurera. Vous vous enrichirez aussi humainement et votre inconscient vous le rendra bien !

 

3) Une posture droite :

confiance en soi

Je remarque que c’est lorsque j’avais moins le moral que je marchais en regardant le sol. Et vous ? N’avez-vous pas remarqué quand est-ce que vous marchiez droit, le regard droit devant ? et quand est-ce que vous marchiez au contraire courbé sur vous-même ?

 

Un présupposé de la PNL (oui encore) dit :

“L’esprit et le corps font parti du même système cybernétique.”

Petite anecdote :

Richard Bandler (fondateur de la PNL) a reçu une femme soufrant de dépression chronique. Il lui a donné un exercice simple à faire durant la journée ; celui de regarder le toit des maisons à chaque fois qu’elle sortirait. La femme a donc effectué l’exercice. À la fin de la journée, ses symptômes de dépression avaient presque disparu. Regarder le ciel en étant triste est beaucoup plus compliqué qu’en regardant le sol. En haut s’exprime plutôt la Joie, en bas s’exprime plutôt la Peine.

Dans cette démarche, votre cerveau libère des molécules du bien-être (ex : sérotonine). Peut-être n’est-ce qu’un conditionnement culturel. En tout cas, cela est observé chez la plupart des individus et a une incidence sur nos humeurs. Lorsque vous vous tenez droit, vous vous sentez différent que lorsque vous vous tenez courbé en avant, c’est un fait.

 

Personnellement, je sens un changement quand je prends conscience que je dois me tenir droit puisque cette posture est associée à tous les moments où j’ai eu un regain d’énergie ou de confiance en moi !

 

Astuce que j’utilise : 

Imaginez que vous avez un fil fragile qui vous traverse, en allant de vos pieds jusqu’au haut de votre crâne, et qui doit rester droit pour ne pas se casser. Votre devoir est d’en prendre soin ! Vous utiliserez ainsi votre énergie pour veillez sur lui, un peu comme si vous veilliez sur une partie de vous-même.

 Peut-être le casserez-vous souvent les premiers temps… mais ne vous en voulez pas car c’est un apprentissage. Alors recommencez. 😉

 

De même que pour la posture, vous améliorerez votre situation interne en souriant. Mais je ne parle pas de sourire “forcé”, je parle de sourire qui vient de l’intérieur. Les ancrages vous le permettent aisément vu qu’ils génèrent en vous un état interne favorable et de bien-être en quelques secondes. Vous pouvez l’apprendre avec moi en l’espace d’une séance (cliquez ici) ou dans cette formation sur la confiance en soi (cliquez ici) !

 

4) Accepter d’être imparfait :

confiance en soi

Avec la pression que nous met la société et les médias, nous avons parfois l’impression de ne pas être à la hauteur de l’idéal qui nous est proposé. Que ce soit dans l’apparence, le domaine professionnel, social, dans notre qualité de vie, etc.

 

Une amie m’a fait part, de ce qui était pour elle, une révélation :

On est parfait de notre imperfection.

J’ai mis moi-même longtemps à le comprendre, mais pour accepter d’être imparfait, il faut accepter votre “humanité”. Je veux dire par là, le fait que vous soyez “humain”, et que l’être humain est en phase avec une palette très large d’émotions ! Vous pouvez en ressentir certaines plus souvent que d’autres, ainsi que de nouvelles, de la plus plaisante à la moins plaisante…

 

La solution :

Acceptez ce que vous ressentez au fond de vous, même si ce n’est pas “socialement bon” par rapport à la façon dont vous avez été éduqué, par rapport à la société… Vous avez le droit d’être tiraillé par des émotions multiples. Ce ne sont pas forcément des “faiblesses” mais ce sont ces choses là qui vous donnent envie de faire la conclusion hâtive que vous êtes un(e) raté(e). Or, c’est faux. Vous êtes juste imparfait comme tout le monde. Acceptez-le !

La perfection est un idéal vers lequel nous pointons tous, sans pour autant l’atteindre. (Auteur inconnu)

Dans l’article Comment mieux gérer ses émotions ? (cliquez ici) je parle de l’acceptation de ces dernières. Votre passé est jonché d’obstacle auxquels vous avez fait face avec les connaissances que vous aviez à l’époque.

Un autre présupposé de la PNL dit : “Chaque individu prend au mieux des décisions par rapport aux informations dont il dispose à ce moment-là.” Vous êtes “humain” et les autres aussi même si certains n’ont pas encore compris que ça ne servait à rien de le cacher (leur ego).

 

5) Partager son “positivisme” :

confiance en soi

Lorsque vous vivez quelque chose d’agréable, ne le gardez pas seulement pour vous comme si vous protégiez un coffre rempli d’or lors d’un passage dans un repère de voleurs. Au contraire, cet or est fait pour être partagé, et vous savez quoi ? C’est vous qui le produisez.

Partagez un bien matériel (or), il se divise. Partagez un bien immatériel (amour, joie, confiance…), il se multiplie.

Peut-être avez-vous peur que quelqu’un vous sape le moral alors que vous allez bien. Eh bien personne ne peut changer ce que vous ressentez sur le moment présent, car vous ressentez vos émotions de votre point de vue, et si ce point de vue vous va, alors restez-y, c’est le meilleur ! Celui des autres n’est bon que s’il vous apporte un bonus ou une clef de réflexion en plus à votre développement.

 

Et puis j’ai remarqué une chose :

Certaines personnes se plaignent, ne parlent que ce qui arrive de mal dans le monde ou vis-à-vis d’elles-mêmes… Sans le savoir, elles évacuent en transmettant leur mal-aise/être aux autres. Alors pourquoi ne pas faire l’inverse pour équilibrer ce genre de personnes ?

 

Comme toutes les richesses, plus vous partagerez la vôtre et plus les gens apprécieront votre compagnie. Même si dans ce cas-ci, nous parlons de richesses intérieures ! Bien sûr, il faut être capable d’en générer pour ça, d’où l’importance de développer sa confiance en soi et d’avoir de bons ancrages afin de vous faire vivre de belles expériences de vie. Une des techniques est expliquée dans l’ebook : Apprendre à vivre la Joie disponible en cliquant ici.

 

Conclusion :

 

En tous cas, mettez en application ne serait-ce qu’un seul de ces conseils tous les jours durant une semaine et vous remarquerez des changements dans votre façon de percevoir le monde qui vous entoure. En effet, ça risque de chambouler un peu vos perceptions actuelles, mais en même temps, “c’est le jeu” quand on veut évoluer 😉

 

Avoir confiance en soi n’est pas une “compétence”, c’est un état d’être. Peut-être qu’aujourd’hui il ne vous semble pas naturel, et Dieu sait comment j’ai moi-même essayé plusieurs disciplines qui ne me correspondaient pas, parce que je n’étais pas dans l’état où je voulais avoir confiance en moi.

Eh oui, une peur peut se cacher derrière… Comme une croyance limitante que l’on peut désamorcer dans cette formation (cliquez ici) ou une petite voix intérieure que l’on peut remettre à sa place dans cet atelier (cliquez ici).

Et si augmenter votre confiance en vous dans un domaine particulier qui vous pose problème vous intéresse, je vous y aide par les accompagnements suivants :

 

Entretien téléphonique – Séance en ligne – Accompagnement mail – Ebooks indispensables

 

Si cet article vous a plu, vous pouvez faire un don ; votre argent sera dédié au développement du blog et à ma supervision pour mieux vous aider en tant que thérapeute.

FAIRE UN DON

.

Sinon, partagez cet article pour m’aider à augmenter ma visibilité. 🙂

 

Laisser un commentaire

Suivez-moi aussi sur Facebook !

Copyright © 2018 S'aimer Soi. Tous droits réservés.
%d blogueurs aiment cette page :