Comment voir la vie du bon coté et être plus doux avec soi grâce au Recadrage ?

voir la vie du bon coté
Photo par Fredbouaine

 

Voir la vie du bon coté, un large concept. Peut-être que cette démarche commencerait par être plus doux avec soi dans la vie de tous les jours. Je vous délivre une astuce (ou un concept) qui a fait ses preuves dans le courant de la PNL.

 

Comment voir la vie du bon coté et être plus doux avec vous ?

 

Être dur avec soi :

 

Vous avez peut-être entendu de nombreuses personnes être dures avec elles-mêmes. Peut-être même que vous faites partie de ces gens. Il n’y a pas de “catégorie” évidement, mais des comportements de plus en plus répandus dans cette “mouvance”.

Généralement, on reconnait les personnes qui sont dures avec elles-mêmes par plusieurs indices :

-Elles ont la sensation de ne jamais en faire assez (au niveau de leurs efforts).

-Elles parlent d’eux-mêmes sous des termes négatifs quand elles font une erreur.

-Elles ne valorisent que très peu (voire pas du tout) leurs petites victoires.

 

A quoi ça sert de reconnaître ces comportements ?

 

A vous prendre en flagrant délit si vous les reproduisez ! Et évidemment de les corriger par la suite. Et si c’est dans le cas d’un ami qui est dur vis à vis de sa personne, c’est à lui de décider comment il se considère. En général, ça dépendra de l’estime qu’il a de lui-même.

 

“Il est plus facile de se changer soi, que de changer les autres.” Présupposé de la PNL.

 

Le plus souvent, ces personnes savent qu’elles doivent changer quelque chose, mais ne savent pas par où commencer. C’est ce qui se produit quand on est dans la “suranalyse” (voir l’article qui en parle ici), et qu’on ne connait pas de Psychopraticien orienté sur les émotions et objectifs.

Néanmoins, vous pourrez facilement aider ces personnes, ou vous aider vous-même, en les/vous reprenant de temps à autre, comme vous le verrez plus loin dans l’article. Le plus important est que ce soit fait avec “Bienveillance” ! J’entends par là que la personne doit apprécier votre geste et que vous devez respecter/d’accepter le fait qu’elle soit tout à fait libre de recevoir. Si ce n’est pas le cas, abstenez-vous 😉

 

Comment être plus doux avec soi ?

 

  • Par le recadrage :

 

Au départ, mis en valeur par l’école de Palo Alto, le recadrage est un des points importants de la pratique en PNL (Programmation Neuro-Linguistique). Il part du principe que nos réactions et nos comportements montrent la façon dont nous interprétons un événement que nous vivons. Il s’agira donc de changer de point de vue afin de l’interpréter différemment. Et si possible, d’une façon qui nous avantage dans nos émotions.

Il permet une ouverture plus large d’esprit. De prendre du recul sur sa situation et de développer son second degrés. N’avez-vous jamais dit “Je préfère en rire” (de ce qui vous arrive) ? Le recadrage favorise cet état d’esprit, orienté plus vers la “joie”.

Ainsi, en déplaçant un événement, une expérience, une croyance, ou une émotion dans un autre cadre, vous développez de nouvelles façon d’aborder et de résoudre les problèmes plus facilement. Le recadrage enrichit votre vision du monde, votre créativité et vous permet de dédramatiser et d’apprendre le second degrés. C’est un panel de nouvelles compétences que vous pouvez développer et qui vous aidera dans vos relations avec les autres aussi.

 

Comment recadrer ses pensées vers la douceur ?

 

voir la vie du bon coté
Photo par Artem Marchenko

 

Il y a plusieurs types de recadrage en PNL. Mais comme je n’ai pas pour but de faire un cours théorique dans cet article, je vais vous donner quelques exemples simples qui vous donneront une idée de comment les appliquer dans votre vie quotidienne.

 

  • Plusieurs exemples

 

Situation 1 :

Vous faites tomber un objet, par inadvertance, que vous teniez dans vos mains :

Pensée dure : “Quel idiot je suis ! / Quel con !”

Pensée recadrée : “Je suis tellement rêveur que j’en fait tomber les objets. / C’est idiot / C’est con !”

 

Situation 2 :

Vous n’osez pas parler aux gens de manière général :

Pensée dure : “Je suis trop timide…”

Pensée recadrée : “Je suis un bon confident. / Je suis à l’écoute.”

 

Situation 3 :

Vous êtes réputé(e) pour être bavard :

Pensée dure : “Je suis très bavard.”

Pensée recadrée : “Je m’exprime très facilement. / J’aime partager mes expériences.”

 

Situation 4 :

Vous êtes préoccupé(e) pas votre travail :

Pensée dure : “Je suis trop sérieux.”

Pensée recadrée : “Je suis rigoureux. / Mon travail me tient à cœur.”

 

Situation 5 (à une situation) :

Exemple qui transforme une situation à votre avantage.

Vous vouliez sortir et au final il se met à pleuvoir.

Pensée dure : “Il fait un temps pourri !”

Pensée recadrée : “Ce sera l’occasion d’avancer mes activités d’intérieures. / Je serai encore plus content de voir le soleil quand il se présentera !”

 

Et pour plein d’autres situations…

 

Le but d’un recadrage est de, toujours, retrouver le sens positif ou enrichissant d’une expérience. C’est un jeu d’apprentissage !

 

 

Conclusion :

 

Le recadrage est un moyen puissant pour vous ouvrir de nouvelles portes. Mais il ne marche que si vous êtes sincères avec votre pensée, si vous l’avez réellement recadré. Il rappelle cette même sincérité que vous retrouvez dans les autosuggestions, officiellement mises en place par Emile Coué. C’est de cette manière qu’un recadrage sera efficace. Vous le sentirez instantanément, avec l’émotion du “jeu”.

Et si une petite voix vous retient, alors peut-être qu’il y a une croyance limitante, que nous pourrons “déboulonner” durant nos séances d’échange.

 

 

Si cet article vous a plu, vous pouvez faire un don ; Ce qui aidera au développement du blog et à élargir encore plus notre communauté !

FAIRE UN DON

.

Ou simplement partager cet article à vos ami(e)s, et aux personnes qui en auraient besoin.

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :