C’est quoi “être soi” ?

 

c'est quoi être soi-même

Être soi, c’est quoi pour vous d’abord ? Parce que chacun à sa manière de s’imaginer ce que c’est que d’être soi-même. Je pose les bases de ma représentation (et de ce blog) dans cet article, tirées de mon expérience.

 

C’est quoi “être soi” ?

 

La question pourrait être digne d’une dissertation de philosophie. Il n’y a donc pas de réponse universelle. Sur ce blog, j’y réponds en m’inspirant des travaux de psychologie mais surtout de mon expérience sur le sujet. J’ai été adopté et j’ai décidé de réfléchir longuement à “Qu’est-ce que c’est qu’être soi ?”. J’ai fait mon cheminement en procédant par élimination. Je vais donc expliquer ce qu’être soi n’est pas dans un premier temps.

 

Ce qu’être soi n’est pas

 

L’identification : comment se met en place le masque ?

peur d'être soi-même

C’est ce qui alimente la peur d’être soi-même !

Le plus souvent, on débute notre vie en appliquant tout ce que nos parents ou la société estiment être “bien”. C’est naturel, puisque pour rester avec les siens et ne pas être rejeté(e) ou abandonné(e), il faut faire comme eux.

Il faut reconnaître que fort heureusement, l’être humain aspire majoritairement à faire le “bien”. Le bien, c’est ce qui fait du bien à soi et à l’autre. Ceci dit, ça ne paraît pas aussi facile dans les faits :

-De nombreuses personnes font un boulot qui les épuisent et ne leur plaît pas.

-De nombreuses personnes critiquent leurs collègues de travail ou même leur ami(e)s à leur insu.

-De nombreuses personnes essayent de garder des relations en sécurité mais en sont les principales menaces.

-De nombreuses personnes s’efforcent de suivre une voie mais mentent à leur entourage et à elles-mêmes.

Etc.

Si l’être humain veut faire les choses “bien”, c’est par peur de les faire “mal”. Tout est polarisé dans ce monde puisque nous y expérimentons la dualité. Il faudra alors comprendre que nous cherchons à nous identifier plus à un côté qu’à un autre. C’est comme si nous décidions de choisir un camp et de ne jamais en démordre. Sauf que vous savez comme moi comment les histoires de camps ont fini par le passé : Guerres, trahisons, dominations, copinage, désertion, etc.

Il semblerait que l’humain ait du mal à se mettre dans un camp de manière figée et définitive…

 

Mais pourquoi donc ?

 

Parce que l’être humain est tout. Il est aussi bien méchant que gentil. Or, depuis le début, on nous dit que nous ne devons qu’être “gentil” ou que de faire le “bien”. Il est donc interdit pour nous de faire ce qui est jugé comme “mal”.

Et si ce qui était jugé comme “mal” nous traversait souvent l’esprit mais que parce que nous ne nous l’autorisions pas, nous mettions un masque social pour ruminer tranquillement derrière ?

Nous ne sommes plus nous-même face aux autres pour ne pas nous faire rejeter ou abandonner. Puis, parfois nous mentons tellement bien que nous finissons par croire à nos propres mensonges…

Vous voyez où je veux en venir ? Ce sera notre point suivant.

 

Comment se défaire du masque ?

masque social

Maintenant que vous prenez conscience que vous êtes partisan(ne) d’un côté plus que l’autre, vous pouvez commencer à observer vos pensées et ce que vous jugez comme bon puis comme mauvais. Ceci vous aidera à conscientiser tout ce que vous faites et ce qui oriente vos choix dans votre vie. Puisque si vous voulez être vous-même, c’est parce que vous avez du arriver sur des chemins qui ne vous convenaient pas alors qu’ils étaient indiqués comme “conseillés”, “adaptés” ou encore “logiques” par les autres.

Vous allez devoir reconnaître ce que vous n’avez pas eu l’habitude de reconnaître.

Exemple :

Tout le monde aime telle personne (imaginons votre patron ou un manager), vos collègues l’aiment bien, vos ami(e)s qui l’ont croisé l’aiment bien, sauf vous. Vous avez une impression désagréable en communiquant avec lui/elle mais ce n’est pas “bien” de ne pas l’aimer comme tout le monde, alors vous vous efforcez de l’aimez en faisant taire les petites pensées ou impressions désagréables à son égard.

Pour retirez votre masque et être vous-même, il faudra vous autoriser à penser ce que vous pensez. Vous ne l’aimez pas ce(te) patron(ne) ou ce(te) manager(euse) ! Prenez le temps d’écouter les pensées que vous avez, ce que ça vous fait.

Vous vous décalez ainsi de ce qui est “bien” de penser pour aller vers ce qui est ce que vous pensez vous.

 

Ce qu’être soi est

être soi-même

Être soi, c’est être conscient qu’il y a une dualité sans pour autant y avoir un jugement dans un premier temps. C’est-à-dire que votre valeur personnelle ne change pas si vous penchez plus pour un côté qu’un autre. Quand je parle de valeur personnelle, je parle de valeur vis-à-vis de vous-même, et non par rapport aux autres. Faire la distinction pour le comprendre de manière consciente et inconsciente n’est pas aisée dans les premiers temps, c’est pour ça que je le travaille avec vous lors des entretiens téléphoniques et séances en face à face.

Bien sûr, il est difficile de ne pas juger puisque ça se fait instantanément. J’explique alors “Comment être soi ?” dans cet article.

Être soi, c’est donc d’avoir accepter qu’on pouvait autant appartenir à un camp comme à un autre. Vous remarquerez qu’il y a un peu de vous dans ce qui vous plaît et dans ce qui vous dérange chez l’autre, si vous voulez lire l’article S’aider des autres pour être soi-même et le principe du miroir, c’est ici.

 

Conclusion

 

En sortant de cette lecture, je veux que vous preniez au moins conscience que nous avons seulement posé des jugements sur chaque chose pour nous orienter dans la vie et avec une partie du monde. Car oui, il y a plusieurs mondes : Celui des riche de Paris, celui des riches de Rennes, celui des bohèmes des campagnes, celui des bohèmes des plages, celui des bureaucrates, celui des animateurs sociaux, celui des psychologues, celui des sportifs semi-pro, celui sportifs de haut-niveau, celui des chauffeurs routiers, etc.

Est-ce qu’il y a un monde qui est moins “bien” que l’autre ? Je n’en suis pas sûr. C’est à vous d’en décider au final, en faisant pleinement l’expérience des domaines qui se présenteront à vous et en choisissant celui dans lequel vous avez le moins besoin de vous juger durement 😉

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :