Dépasser la peur du changement grâce à ces 2 étapes !

peur de changer

Pourquoi le changement fait-il peur ?

 

C’est une question qui pourrait fâcher certains lecteurs… Je vais vous raconter une anecdote sur le sujet.

J’ai eu un client qui voyageait beaucoup et souhaitait que je lui apprenne des techniques pour “se trouver”. Se trouver, c’est un objectif très vaste ! “Se trouver” où, quand, comment ?… Il faisait de nombreux voyages pour échapper à son quotidien qui ne lui convenait pas, ayant raté ses études et sortant d’une rupture sentimentale… Au fur et à mesure, j’ai été confronté à mon propre miroir : il avait lui aussi peur d’échouer ce qu’il pourrait entreprendre. Alors il fuyait dans les voyages plutôt que de se poser pleinement sur un projet, de peur d’être déçu.

peur d'être déçu

Vous allez me dire “En quoi ça fait référence à la peur du changement Jocelyn ?”. Comme je l’explique dans cet article > La paralysie de l’analyse ici < se lancer dans un projet apporte des nouvelles informations sur nous-même. Lorsque nous faisons quelque chose de nouveau, il y a de fortes chances que nous apprenions à mieux nous connaître dans cette nouvelle situation.

Ce passage à l’action peut donc impliquer de grands changements !

Comme un échec, qui peut nous confronter à une facette de nous que nous ne voulons plus voir, à un mauvais souvenir ou à un mauvais ressenti de nous-même qui n’est pas réglé.

Comme une réussite, qui peut aussi nous confronter à des peurs ! Peur que les choses avancent trop vite, et d’en perdre d’autres auxquelles on est encore attaché(e) et qui sont importantes pour nous.

 

Quel est l’avantage de ne pas changer ?

 

Je le dis à chacune de mes conférences, la familiarité est plus rassurante que la sécurité.

L’être humain va choisir instinctivement ce qu’il connaît déjà. Plus facile puisque situation déjà vécue. Ceci ne vaut pas que pour les bons souvenirs hélas. Bien que vous compreniez en quoi avoir confiance en vous, vous débarrasser de l’anxiété, développer de nouvelles compétences, etc, soit utile pour vous, vous serez inconsciemment attiré par ce que vous avez l’habitude de faire. Vous savez déjà comment réagir émotionnellement à ça.

peur du changement

Parfois, les problématiques que me présentent des clients en coaching ne sont que des arbres qui cachent la forêt. Et ils en sont très heureux lorsqu’on le découvre puisqu’ils savent qu’ils peuvent changer comme ils le désirent, et en même temps effrayé(e)s par cette nouvelle perspective qu’ils n’ont pas vu pendant longtemps.

Il est possible de s’en vouloir, mais ça, c’est un autre débat.

Passons aux 2 étapes qui vous aideront à dépasser la peur du changement maintenant !

 

1) Trouvez vos raisons positives de changer

 

Je parle de raisons “positives” de changer, puisque les gens parlent souvent de ce qu’ils ne veulent plus, plus que de ce qu’ils veulent.

On me dit souvent : “Je veux arrêter de me sentir mal”, “Je veux arrêter d’avoir peur”, “Je veux arrêter de me sentir stressé(e)”, “Je veux arrêter l’auto-sabotage”, etc.

Si vous faites partie de ces personnes (comme quasi nous tous), vous pouvez tourner vos phrases en formulation positive.

En reprenant l’exemple ci-dessus, ça donnerait : “Je veux me sentir bien”, “Je veux être courageux”, Je veux me sentir apaisé”, “Je veux me valoriser”, etc.

Ce sont des raisons “positives” de changer.

pensée positive

Sinon, j’ai une autre variante pour vous aider.

Lorsque vous voulez changer une habitude ou atteindre un objectif quelconque, vous devez savoir ce qui vous motive !

C’est quelque chose que je fais à chaque début de mes séances :

  • Qu’est-ce que ” (objectif) ” vous permettra de nouveau ?
  • Lorsque vous aurez ” (objectif) “, comment vous sentirez-vous ?

 

En faisant cela, vous développer ce qu’on appelle un “état ressource” en PNL. Vous ne regardez pas ce à quoi vous voulez échapper mais ce que vous voulez atteindre !

Même si il existe des personnes dont la motivation ne s’effectue que par l’urgence ou les menaces imminentes, c’est important de rappeler ce qu’elles gagnent à en sortir aussi.

 

Posez-vous donc les questions :

  • Qu’est-ce que ” (objectif) ” me permettra de nouveau ?
  • Lorsque j’aurai ” (objectif) “, comment je me sentirai ?

Parce que c’est motivant, et que la motivation est un état ressource puissant pour passer à l’action !

J’ai également fait une vidéo sur le sujet que vous pouvez visionner ci-dessous.

On passe à la suite, et pas des moindre.

 

2) Faites des petits pas, pas la randonnée entière

peur du changement

Vous faites peut-être partie des personnes qui ont du mal à se mettre à l’action. Celles qui sont dans la paralysie de l’analyse > article sur le sujet ici <. Vous avez donc déjà sûrement conscience des étapes nécessaires à la réalisation de votre projet.

Sauf que vous ne savez pas structurer et que ça s’avère être une montagne à escalader.

Face à cette perspective “monstrueuse”, vous ne démarrez rien, vous procrastinez et ce n’est pas agréable de vous rendre compte que vous n’avez toujours rien avancé un mois après (voire plus)…

Vous devez maintenant savoir une chose.

Personne ne vous demande de monter la montagne maintenant à part vous-même !

Qui vous a dit qu’il fallait le faire d’ailleurs ?

Je vous propose d’envisager les choses sous un angle plus serein et qui va vous aider.

guérir blessure d'abandon

Imaginez que cette montagne a plusieurs stations qui représentent chaque tâche à accomplir pour atteindre votre objectif. Et remarquez comment vous vous sentez si je vous dis qu’aujourd’hui, vous n’en avez qu’une station à monter. Sois, une seule tâche à faire.

Vous vous sentirez beaucoup plus tranquille et motivé, puisqu’il ne s’agit plus d’escalader la montagne toute entière sans interruption, mais de monter étape par étape. Ceci vous semble plus facile et réalisable, vous ne trouvez pas ?

Pour ce faire :

  • Vous pouvez écrire sur un papier, toutes les étapes et sous-étapes que demandera votre projet pour être réalisé.
  • Ensuite, gravissez-en une chaque jour.

Vous le réaliserez beaucoup plus vite que vous ne l’auriez pensé !

 

Conclusion

 

La peur du changement implique aussi une notion “d’ancienne vie” et de “nouvelle vie”.

Sauf que tout est dans une seule et même vie ! Il n’y a pas pas de nouvelle ou d’ancienne, seulement des prises de conscience qui font transition et nous font évoluer.

Et ça se fera naturellement si vous suivez les 2 étapes de cet article dans votre quotidien.

Donc

Le changement ne fait plus aussi peur finalement !

Si vous souhaitez des outils complémentaires afin de mettre en place, clairement et simplement, un changement dans votre vie ou un projet, rendez-vous dans la rubrique des différents coachings ici.

 

Jocelyn Le GuenPour toute information,

vous pouvez me contacter à

Jocelyn@saimersoi.com

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :