Forum : Du mal à réaliser ses projets (suranalyse)

Voici un Forum sur la difficulté à réaliser son projet (d’où l’envie de vivre), et une conclusion dessus.

 

Vidéo disponible ici avec des écrits juste en-dessous, en complément :

 

suranalyse

 

Je n’ai pas trouvé nécessaire de vous mettre le tout premier message qui avait été posté (et qui fait des kilomètres de paragraphes…) puisqu’il a été bien résolu par un internaute du forum. Notre Onizuka en est à ce message actuel, une avancée a été faite et là on rentre dans le vif du sujet selon moi.

 

Premier frein : “Je me dis qu’il y a plus talentueux que moi” donc pas légitime à montrer mon talent. La comparaison à autrui est la pire des choses qu’on puisse faire dans le lancement d’un projet. Sauf si le but est de s’inspirer de ce que les autres font pour modéliser ce qu’ils ont fait pour réussir dans leur domaine, c’est-à-dire : reproduire leur méthode pour favoriser sa réussite personnelle.

L’ego ne supporte pas qu’il y ait meilleur que lui, car ceci voudrait dire qu’il y a quelqu’un qui est plus “digne” d’amour que nous. Donc, pour ne pas subir cette croyance inconsciente il va sortir de la course : Onizuka ne fait rien donc puisque ce qu’il pourrait faire ne sera “pas assez” de toute façon. Selon moi, on revient à l’amour de soi. Le besoin de voir que ce qu’on accomplit est utile, et de s’aimer pour ça par la suite. La comparaison n’est pas un super moteur pour lui dans sa situation.

 

Deuxième frein : Onizuka voit le résultat final. Ceci le stimule sauf qu’il est conscient du boulot à effectuer et le voit comme une montagne de travaux à effectuer. Cette vision l’empêche d’entamer son projet puisqu’il ne se sent pas en capacité d’avoir l’énergie nécessaire afin de réaliser son projet jusqu’au bout.

 

Un présupposé dit en PNL : “Toute tâche est réalisable si on la fractionne en des bouts suffisamment petits.”

 

Je pense qu’il y a déjà pensé, mais qu’il a du mal à accepter le fait de se lancer dans une tâche sans savoir à quel résultat précis ça le mène. Il a besoin d’avoir une certitude que ce qu’il fait va être utile ou va avoir un sens. Hélas, nous devons faire avec l’incertitude, apprendre à l’accepter dans nos vies. J’y reviendrai dans la suite.

 

Troisième frein : Il réfléchit beaucoup sur sa vie. Sans doute, beaucoup à ce qu’il a fait, à ce qu’il aurait pu faire, à ce qu’il pourrait ou devrait faire, mais peu à “faire”. “Faire” est une action ancrée dans le présent. C’est celle qui réalise l’expérience, celle qui fait où nous serons. On peut, comme je l’ai dit dans la vidéo, avoir un aperçu. Mais un aperçu est ce qu’il est. Je vous donne la définition du Larousse pour confirmer : “Vue générale, synthétique et rapide, coup d’oeil jeté sur quelque chose, observation succincte…” L’aperçu d’une expérience est donc une vision loin d’être complète… Plusieurs paramètres arrivent lorsque nous sommes confrontés à l’expérience ‘en réel’. Ceci accroît notre connaissance de nous-mêmes. Les informations extérieures (même les plus petites) que nous avions pas anticipés y sont en grande partie pour quelque chose.

 

Conseils :

 

Onizuka doit se lancer dans l’expérience car il a besoin de nouvelles connaissances, autres que celles qu’ils possèdent et croient posséder déjà. Seul la confrontation à l’extérieur pourra l’y aider. Il peut fractionner ses projets en plusieurs sous-objectifs afin d’avancer enfin. Accepter d’effectuer un voyage sans connaître la destination précise, juste pour le goût de l’aventure, d’apprendre…

Pour s’y aider, il peut parler se faire accompagner par un professionnel pendant quelques séances, afin de prendre consciente qu’il peut faire confiance à sa capacité d’autonomie et à avancer comme il le souhaite dans sa vie.

 

Si cet article vous a plu, vous pouvez faire un don ; Ce qui aidera au développement du blog et à élargir encore plus notre communauté !

FAIRE UN DON

.

Ou simplement partager cet article à vos ami(e)s, et aux personnes qui en auraient besoin.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :