Paralysie de l’analyse : Comment s’en débarrasser ?

paralysie de l'analyse

 

La paralysie de l’analyse (ou paralysie analytique), qu’est-ce que c’est ?

 

De nombreuses personnes sont venues me voir en m’expliquant le problème qu’elles voulaient résoudre. Elles pensaient connaître tout tout Tout TOUT TOUT dessus ! De son origine à comment il se manifestait dans la vie, jusqu’aux multiples hypothèses évoquant la plus mauvaise et la meilleure manière de le régler.

Ces personnes-là traînaient leur problématique depuis des années en réalité… Et j’en ai fait moi-même partie !

C’est ça la paralysie de l’analyse (ou paralysie analytique) : c’est de vouloir TOUT connaître sur un sujet avant de commencer à le mettre en application dans la vie, de façon concrète. Ceci peut amener à trop réfléchir, à sur-analyser ce qui nous arrive.

paralysie de l'analyse

Par exemple

Ne pas faire d’exposition publique de vos tableaux de peinture parce que vous estimez que “ce n’est pas parfait” ou qu’il vous manque de la technique. Alors que la plupart de votre entourage trouvent votre travail “très beau” et vous encourage même à montrer votre talent.

Ne pas faire de présentation publique avant d’avoir mémorisé par cœur le contenu que vous avez à présenter.

Ne pas vous entraîner avec quelqu’un d’autre (sport, jeux ou profession) avant d’être bien sûr que vous faites toutes les actions correctement.

Etc.

Voici pourquoi vous restez bloqué(e).

 

Coupable : le Perfectionnisme

perfectionnisme

Si j’ai vu une psychanalyste, c’était pour tourner autour du pot. J’exposais toute ma maturité et mes belles théories sur la vie, avec l’impression d’avoir bien avancé sur mon problème.

J’avais la trouille en réalité, même si je ne m’en rendais pas compte sur le moment. Parce qu’il est bien plus facile de se cacher derrière ce que l’on sait faire, à savoir “Réfléchir et analyser”. Or, qui y-a-t-il derrière ce bouclier brandit fièrement ?

Simplement, la peur de passer à l’action et d’échouer.

Sachez que le goût à “bien faire les choses” peut rapidement devenir excessif et se transformer en “perfectionnisme aiguë”.

 

Mais je comprends “Ô combien” il est difficile d’en sortir, puisque :

-Vous avez pris goût à réfléchir sur vous-même et/ou sur le monde

-Vous êtes curieux et aimez en apprendre toujours plus sur ce qui vous captive !

 

Bien sûr, ce sont des qualités en or !

Cependant, c’est comme tout : l’abus est nuisible pour la santé.

Si vous cherchez à vous sentir bien, il sera préférable de tendre vers l’équilibre.

Qui dit “équilibre”, dit : L’effort et le réconfort.

De plus, la paralysie de l’analyse ne vous a apporté que des hypothèses avec les connaissances que vous avez déjà.

Or, vous avez besoin de nouvelles informations pour vous sentir bien et vous renouveler complètement.

Et il n’y a qu’un seul remède (à ma connaissance) pour ça.

 

Un seul remède

paralysie de l'analyse

Pour générer de nouvelles hypothèses, il faut avoir de nouvelles informations.

Les informations que vous avez aujourd’hui sont issues de votre expérience de vie : ce que vous avez fait, ressenti et vécu.

Si vous voulez évoluer, vous devez “faire l’expérience”.

Je sais que cette notion ne fait peut-être pas plaisir à la plupart des lecteurs en ce moment-même mais, de mon point de vue, c’est la seule solution “vivante” pour se sentir bien.

Pour vous lancer, vous serez sans doute confronté à la peur, l’inquiétude, l’angoisse de ne pas réussir comme vous vous l’imposez d’habitude. C’est justement cette habitude qui est à remettre en question.  Puisqu’elle ne vous permet de rien faire, ou du moins, ne pas vous sentir satisfait.

Or, c’est en faisant des erreurs qu’on apprend et qu’on s’améliore.

Depuis des siècles, de nombreux scientifiques et artistes ont réussi à faire avancer le monde, et sont devenu des exemples !

Pourtant, nous ne nous rappelons pas qu’ils ont fait face à de nombreuses difficultés comme :

  • le manque de soutien des autres
  • le manque de moyens financiers ou matériels
  • les échecs
  • l’envie d’abandonner
  • les remises en question
  • Etc.

Ils ont eu le courage de se lancer, malgré les difficultés qu’ils ont rencontrées sur leur parcours et n’en sont pas morts pour autant !

Les seules peurs qui vous animent et nous empêchent de passer à l’action viennent des croyances limitantes.

Pour vous en débarrassez, j’organise des ateliers-découvertes tous les deuxièmes samedis du mois à Rennes sur le sujet, vous trouverez plus d’informations dans la section Conférence. Et si vous n’êtes pas du coin et que vous voulez vraiment vous en défaire, vous pouvez réserver un coaching avec moi >>> en cliquant juste ici.

Ce que nous pensons, ce que nous connaissons ou ce en quoi nous croyons ont, à la fin, que très peu de conséquences. La seule conséquence est ce que nous faisons.

John RUSKIN

paralysie de l'analyse

FAIRE, SE LANCER, PASSER À L’ACTION, “GO !” sont des termes auxquels vous vous habituerez progressivement si vous voulez renouveler votre quotidien. Parce qu’une vie routinière, tournant sur les mêmes sujets avec les mêmes informations peut être lassante, je le sais.

Les sujets qui vous intéressent nécessiteront d’avoir des points de vue différents, afin d’en retirer de nouvelles expériences enrichissantes pour vous-même.

Lors des coachings, je vous apprends des pratiques permettant de booster votre état émotionnel et vous mettre à l’action facilement.

 

Conclusion

 

Pour agir, vous appliquerez la citation suivante :

Faites tous les jours quelque chose qui vous fait peur.

Éléonore ROOSEVELT

Je ne vous demande pas de faire quelque chose qui vous pétrifie d’angoisse non plus ! Mais de penser à la plus petite action que vous pourriez faire pour vous rapprocher de ce que vous désirez. Peut-être voulez-vous atteindre un objectif, ou accomplir plusieurs projets. Focalisez votre attention sur l’un d’entre eux dans un premier temps. Puis, demandez-vous “quel serait le plus petit pas ?”

Dites-moi si vous êtes dans la paralysie de l’analyse ou si vous l’avez été dans les commentaires, et ce que vous en avez appris finalement !

 

Jocelyn Le GuenPour toute information,

vous pouvez me contacter à

Jocelyn@saimersoi.com

2 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :