Pourquoi faire quelque chose plutôt que rien donne confiance en soi ?

procrastination, confiance en soi

Plus vous faites des choses et plus vous aurez confiance en vous : je vous l’explique dans cet article.

 

 

Pourquoi faire “des choses” donne confiance en soi ?

 

Introduction :

 

“Faire quelque chose ? La flemme.

Ça a du vous arriver plus d’une fois. Dimanche après-midi, les commerces sont fermés, la ville est calme, il ne fais pas spécialement beau dehors… Bref, vous “scrollez” sur Facebook, regardez des vidéos sur YouTube ou vous faites ce que vous appelez “rien”, enfermé(e) chez vous.

Ceci arrive pour 90% de la population, je vous rassure. Mais quand ça arrive un peu trop souvent, c’est-à-dire en dehors du dimanche, avec pour cause : le chômage, ou même après le travail (qui ne vous emballe pas particulièrement), alors vous n’allez pas vous sentir spécialement bien. Ce sera même le contraire.

Car vous vous détendrez peut-être mais verrez tous vos rêves (ou “petits plus”), pouvant embellir votre quotidien, défiler dans votre tête, sans se réaliser.

Résultat : Plus de frustration, moins de confiance en vous.

 

Qui sont ceux qui ont confiance en eux ?

 

Vous remarquerez que toutes les personnes que vous admirez (ou que vous enviez) ont tous un point en commun : ils font, ou ont fait, des choses dans leur vie.

 

“Faire des choses de sa vie”, qu’est-ce que j’entends par là ?

Ce que je veux dire, c’est que quand vous faites quelque chose qui ne vous est pas d’un grand intérêt, comme un boulot que vous n’aimez pas, des obligations administratives ou gamberger dans vos pensées, vous n’avez pas souvent l’occasion d’essayer de nouvelles activités qui pourraient changer votre quotidien, voire le bousculer.

 

Qu’est-ce que ces personnes ont fait ?

Même les personnes qui osent s’exposer aujourd’hui et qui pourtant, étaient timides dans le passé, ont commencer par faire quelque chose dont ils n’avaient pas l’habitude, mais dont la finalité leur plaisait. Ils ont eu une idée qui les a stimulé et ont tout fait pour la voir se réaliser. Ils étaient animer par cette image, dans leur tête, d’eux-même ayant concrétisé leurs objectifs.

Parfois même, vous vous surprendrez à dire que vous vous sentez un peu mieux après avoir fait quelque chose, même si ce n’était pas l’activité la plus folle du monde, plutôt que d’être rester à ne rien faire. Il y a souvent un mieux.

procrastination, confiance en soi

Petite anecdote :

J’étais moi-même dans la procrastination. Je remettais toujours à plus tard ce que je pouvais faire maintenant, ce qui avait pour conséquence de ne jamais voir quelque chose de concret se réaliser dans ma vie. J’en étais évidemment insatisfait et en bref, je faisais comme la plupart des gens…

Après de nombreuses fois où j’ai été obligé d’aider mes parents dans leurs activités de bricolage ou de jardinage, qui n’étaient franchement pas ma passion, je remarquais que je sentais un mieux dans mon état émotionnel et physique. J’ai donc pris en note ce sentiment et je l’ai observé de nombreuses fois par la suite !

J’en ai donc conclu que de faire quelque chose dont je n’avais pas l’habitude, m’enrichissait d’une expérience nouvelle. Je pouvais dire et sentir que j’avais vécu telle activité en fait, et que je pouvais être à même d’en parler ou de comprendre ceux qui avaient vécu la même chose. De plus, mon cerveau détournait son attention de la mélancolie ambiante et de l’ennuie que je pouvais ressentir en ne faisant rien de nouveau.

Donc, j’étais plutôt satisfait de constater ce gain par rapport à un truc que je ne trouvais pas spécialement passionnant finalement !

Imaginez donc si c’est pour quelque chose dont vous avez un intérêt personnel.

 

Vaincre la peur de passer à l’action :

 

Eh oui… Si nous repoussons sans cesse le moment de réaliser ce que nous aimons, c’est à cause de la peur. La peur de quoi vous me direz ?

 

Justement… quel est le risque de faire ce qu’on aime ?

procrastination, confiance en soi

Nous avons tous une raison de nous traîner dans la procrastination comme l’on traînerait dans notre lit lors d’une grasse mat… Parfois, il est bon de la savoir, parfois il faut un peu plus de temps.

 

Le plus important c’est “que ferez-vous de ce temps ?”

Lors de mes séances, je me rends compte que la plupart du temps, les gens ont besoin de ressource et de compréhension. Cette compréhension, ils doivent aussi se l’apporter à eux-mêmes ou par des petites actions quotidiennes comme je le décris dans cet eBook (cliquez ici).

Lorsque vous avez vaincu vos peur (ou même une petite partie), vous vous sentez capable de réaliser certaines petites tâches en plus. Comme le dirait les coachs en développement personnel : “Vous sortez de votre zone de confort.”

Même si pour moi, et certains de mes collègues, on en sort pas : on l’élargit et elle grandit avec nous !

Vous ressentez la fierté d’avoir dépasser votre peur et cette satisfaction d’avoir réaliser ce que vous n’osiez pas auparavant. C’est un pique “d’adrénaline” qui bondit en vous, et ça fait du bien !

 

Une exception à la règle :

Ne rien faire devient une action quand vous le décidez. Par exemple, si traîner au lit est ce dont vous avez besoin en ce moment, pas besoin de culpabiliser puisque c’est bon pour vous.

Autre exemple : la méditation apprend à ne rien faire, ni à penser, puisqu’elle permet de “purifier” notre mental des petites pensées parasites, un peu comme si l’on dormait mais sans dormir. Ce qui a pour effet de nous faire repartir l’esprit reposé et clair dans notre vie.

Ne rien faire devient seulement problématique quand vous vous en sentez mal, quand vous sentez ce vide en vous et la frustration qu’il amène sur votre vie.

Indispensable à comprendre :

À l’inverse, ça ne sert à rien de faire quelque chose si c’est mal fait et que ça vous épuise en plus. On fait quelque chose pour se mettre en action, se désengourdir, “se redonner de la vie”, pas l’inverse.

 

Comment réaliser ce que vous avez toujours eu envie de faire ?procrastination, confiance en soi

Lorsque vous avez trouvé ce qui pouvait vous faire sortir de votre “lit de la procrastination”, comme une activité (ou une cause) qui vous plait vraiment, vous ne décidez de faire que ce qui vous anime !

Comme je le décris, sur le même principe, dans mon eBook : 3 exercices simples et rapides pour avoir confiance en soi (cliquez ici), vous devez commencer par des actions SIMPLES, faciles, qui ne vous prennent pas plus de 15 minutes par jour (ou un jour sur 2 au moins).

Ceci vous fera réaliser de plus en plus de tâches dans lesquelles vous serez de plus en plus à l’aise. Puis peu à peu, vous arriverez à faire des tâches de plus en plus engageantes si vous en avez envie. Vous vous sentirez pleinement en confiance dans votre activité qui deviendra le pilier central de votre vie.

C’est par exemple ce que je ressens en vous partageant mes ressources via ce blog ou auprès de mes clients en séance.

Pour faire ce que vous avez envie de faire, même si vous ne savez pas quoi encore, commencez par la plus petite chose, “le plus petit pas”.

Une petite action motive à en faire une autre, puis ainsi de suite… Laissez les jugements sur ce que vous faites, qu’importe l’action, c’est ce que vous en retirerez pour vous qui compte. Puisque chaque action aura une signification différente d’un individu à un autre et vous vous devez de respecter celle que vous apporte la vôtre. Je répète : vous vous devez de respecter celle que vous apporte la vôtre.

C’est alors que “avoir quelque chose que l’on aime dans notre vie” lui donne un sens. La seule chose qui compte est de respecter ce sens, de le suivre et plus rien d’autre ne compte vraiment. Tout ce qui nous préoccupait lorsqu’on ne faisait pas grand chose devient alors superflus, puisque ça ne sert pas forcément ce que nous faisons actuellement.

 

Conclusion :

 

Dés aujourd’hui, commencez par une première petite chose que vous êtes amené(e) à faire souvent mais que vous repoussez 3 fois sur 4 (façon de parler).

 

Ça pourrait être :

Faire la vaisselle juste après manger, faire votre séance de sport hebdomadaire à la maison, sortir pour faire votre balade quotidienne de 30 minutes, etc.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières et vous remarquerez très vite que ce genre d’action simple amènera un bien dans votre état d’esprit. La seconde étape sera de rajouter une petite chose en plus (donc pas forcément plus grosse). Vous déciderez de comment vous voudrez gérer votre évolution et inévitablement, votre vie changera.

À vous de voir si vous voudrez garder ces changements.

 

 

Il n’y a donc que vous qui trouverez VOTRE voie. Elle est à construire et ce n’est pas facile… Mais elle commence par les plus petites actions. Et n’écoutez pas ce qu’en pense les autres, honorez chaque petite chose que vous faite car elles vous aident à avancer là où vous voulez aller. Parfois vous ne savez pas où, mais elle le fait.

 

Vous aussi vous pouvez vous mettre en action en choisissant l’un des accompagnements suivants :

Entretien téléphonique – Séance en ligne – Accompagnement mail – Ebooks indispensables

 

 

Si cet article vous a plu, vous pouvez faire un don ; votre argent sera dédié au développement du blog et à ma supervision afin de mieux vous aider en tant que thérapeute.

FAIRE UN DON

.

Sinon, partagez cet article pour m’aider à augmenter ma visibilité. 🙂

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :