Pourquoi vous devriez arrêter d’utiliser ces termes ? Indigo, Zèbre, vieille âme, flamme jumelle…

terme indigo, zèbre, flamme jumelle, vieille âme

On les voit dans de nombreux articles, de nombreux blogs et dans certaines discipline. En quoi peuvent-ils être néfastes ? Je l’explique dans cet article.

 

Indigo, Zèbre, HP, vieille âme, flamme jumelle : Pourquoi vous devriez oublier ces termes ?

 

D’où viennent ces termes et pourquoi ont-ils été inventé ?

 

Le plus souvent, ces termes viennent des mouvements de spiritualités dit “New Age”.

Ils ont été inventés dans le but de classifier le profil de chaque personne puisqu’elle présentait telles ou telles caractéristiques communes à une situation particulière. C’est ce qui se fait dans la science pour structurer une discipline.

 

Où est le problème ?

 

Le problème vient de l’envie de s’identifier à un terme : “Ah ben moi je suis une vieille âme !”, “Ah ben moi j’ai trouvé ma flamme jumelle !”, “Mon enfant est indigo !”, etc.

Si vous connaissez le mécanisme de l’ego, vous savez que vous êtes totalement dedans si vous cherchez à vous identifier à un terme donné par l’extérieur, sous prétexte que vous ayez 3 caractéristiques correspondant à une situation que vous vivez.

 

Pourquoi vouloir s’identifier ?

s'identifier à

C’est humain de vouloir rejoindre un groupe pour être en sécurité et plus fort. C’est pour cette raison que depuis la nuit des temps, les gens se rallient sous un royaume, une élite, un courant philosophique ou scientifique, un parti politique, une équipe de foot… parce que se définir comme tel les rend plus fort : “L’union fait la force”.

Donc, lorsque vous avez trouvé le mot qui est à disposition via telle ou telle discipline, vous vous sentez comme fier(e) et en sécurité.

C’est bien sûr illusoire et de courte durée.

Dans cette identification, il y a comme une fierté d’avoir trouvé le fameux mot qui nous définit “parfaitement”. Une logique de “toute puissance” sur soi se met en place.

C’est ce qui fait que certains termes perdent leur sens à force d’être utilisé à toutes les sauces.

 

Des exemples concrets pour vous donner une idée :

-Vous êtes avec un(e) partenaire avec qui le courant passe très bien, d’ailleurs ça n’est jamais passé aussi bien de toute votre vie, vous allez dire “Ça y est ! C’est ma flamme jumelle !”. Sauf que le terme flamme jumelle est spécifique dans la spiritualité et qu’il n’est pas toujours un bonheur de l’avoir à ses côtés contrairement à votre désir de vous rassurer en vous disant : “Ça y est ! Je n’ai plus besoin de galérer avec le célibat, je ne serai plus seule parce que j’ai trouvé l’âme-sœur comme dans les conte de fée qu’on me racontait quand j’étais petit(e).”

Finalement, en utilisant le mot “flamme jumelle”, vous éloignez simplement votre peur d’être seul(e). Vous connaissez mon positionnement là-dessus. C’est bien votre vision du célibat qu’il faudra changer dans ce cas précis.

-Vous comprenez des choses que la plupart de votre entourage ne comprennent pas. Vous vous sentez à part et vous réfléchissez beaucoup dans votre coin à ce qu’est le monde et ce qu’il pourrait être. Sauf que vous en souffrez puisque vous vous rendez compte que peu de gens sont comme vous… Vous allez vous définir HP (Haut-Potentiel) ou “zèbres”, ce qui expliquera votre remue-ménage intérieur incessant et le fait que vous soyez solitaire.

Finalement, en vous disant HP ou Zèbre, vous vous rassurez en expliquant votre marginalité. Marginalité que vous tracez vous-même par conséquent. Vous êtes surtout déçu(e) que les gens ne fassent pas plus preuve d’empathie envers ce que vous êtes et regretter de ne pas établir facilement de connexions avec les autres. Je vous dirai alors d’être plus empathique et en connexion avec vous-même, ça vous permettra de comprendre les autres par la même occasion, au lieu de vous en détacher.

 

Ces exemples brisent un peu l’illusion, certains seront capables de regarder là où ça gène et d’autres feront la tête de l’image ci-dessous.

illusion

Vous faites erreur :

 

Vous imaginez donc bien que vous perpétuez une nouvelle fois le piège de l’identification par le monde, et pas par vous-même ! Seule vous, devez définir ce que vous êtes par vous-même puis choisir si vous le souhaitez un terme, mais pas l’inverse.

Et puis, je me rends compte en écrivant ces lignes qu’il n’y a pas de leçon à donner au final.

Vous avez le droit de faire des erreurs, c’est comme ça qu’on apprend. Le but pour moi est que vous évitiez de vous faire mal. Mais si vous avez besoin de ça pour comprendre quelque chose d’essentiel sur vous-même, alors c’est que vous devez faire cette erreur.

Vous voyez ? On ne contrôle pas les gens et on ne peut pas les mettre dans une case. Même mes conseils ne sont pas objectifs. Ça nous rappelle qu’avant de nous fier à un “guide”, “gourou” qu’il soit spirituel ou même scientifique, “Dieu a toujours le dernier mot.” comme le disait un prêtre que j’ai vu lors d’un mariage. Ce Dieu (cette particule de Dieu), c’est évidement vous. Peu importe les étiquettes extérieures que les autres vous mettront ou que vous vous mettrez vous-même, vous finirez par les réécrire vous-même que ça vous plaise de vous être trompé(e) ou non.

 

Conclusion : 

 

Définissez ce que vous êtes, du temps que cette définition n’est pas l’explication d’une souffrance et ne vous fasse pas souffrir. Parfois, à justifier ce qu’on est, on en oublie ce que l’on est vraiment, sans justification.

 

Si vous pensez avoir perdu de vue votre destination, vous pouvez échanger avec moi par les accompagnements suivants :

Entretien téléphonique – Séance en ligne – Accompagnement mail – Ebooks indispensables

 

Si cet article vous a plu, vous pouvez faire un don ; votre argent sera dédié au développement du blog et à ma supervision pour mieux vous aider en tant que thérapeute.

FAIRE UN DON

 

Sinon, partagez cet article pour m’aider à augmenter ma visibilité. 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :