Travail : Comment trouver le boulot de vos rêves ? (5 questions à vous poser)

travail idéal

 

“Trouver le boulot de vos rêves”, un titre qui fait tellement rêver qu’associer travail et plaisir semble impossible pour certains, et pourtant… J’écris cet article puisque beaucoup d’étudiants ne savent pas ce qu’ils veulent faire après le Bac et qu’une grande partie de la population française trouve son travail “Bof”, “Mouais”, “Pas mal” et dans le meilleur des cas “Ça va.”… Je vous livre des pistes pour cibler votre travail adéquat en 5 questions !

 

Comment trouver le boulot de vos rêves ? (5 questions à vous poser)

 

Un débat qui dure…

 

Je parle avant tout de mon expérience. J’ai mis un long moment à trouver ma voie. J’ai vu de nombreuses personnes de mon entourage se mettre dans un travail, sans qu’ils ne se posent autant de questions que moi, un peu comme s’ils le choisissaient par défaut. La réponse à la question “Est-ce que ça te plait ?” était toujours la même : “Ça va. Je n’ai pas trop à me plaindre non plus.” Wow… Alors on a une vie satisfaisante quand on n’a pas trop à se plaindre ? La société occidentale a tellement orienté les gens sur le CDI 35h qu’ils ne se rendent même plus compte que ce n’est pas leur ambition réelle…

Je suis toujours resté proche de mes aspirations. Et j’ai mis un long moment à les traduire dans le monde tel qu’il est aujourd’hui. Je vous fais profiter de mes observations, de mes ressentis, de mes expériences, afin d’expliquer aux personnes qui sont comme je l’ai été, qu’elles sont loin d’être seules et qu’il leur manque seulement des actions à effectuer pour trouver leur voie. Qu’elles ne sont pas qu’une minorité de marginaux inclassables comme la société actuelle tente de le faire croire, faute de connaissances (ou d’expérience).

 

Ce qui nous fait vibrer…

 

Lorsqu’il s’agit de trouver ce qui vous fait vibrer sur terre, aucun jugement ne devrait être permis. Comme lors d’un protocole de PNL nommé le “Walt Disney” : vous êtes le Rêveur, le Réalisateur et le Critique. Le Critique ne s’adressera jamais directement au Rêveur. C’est au Réalisateur de satisfaire les deux partis.

Malheureusement dans notre société, nous parlons beaucoup du Rêveur qui est fascinant et du Critique qui rassurent ceux qui se sentent victimes. On parle peu du Réalisateur, moins attrayant puisqu’il représente l’effort de réconciliation. C’est la même logique quand il s’agit de trouver un travail : d’un côté qui nous aidera à gagner de l’argent pour vivre, et de l’autre, qui nous plaira ; puisqu’on y passera une grande partie de notre vie.

Comment concilier les deux ? Cette idée a fait de nombreux débats, génération après génération. Voici 5 questions qui permettent de vous aiguiller.

 

travail idéal

 

1) Pourquoi avez-vous choisi le boulot que vous avez déjà (ou déjà eu) ?

 

Raisons financières : c’est le niveau le plus bas de la Pyramide de Maslow : la survie. Êtes-vous vraiment dans cette situation ? Si c’est le cas, d’accord : vous devez bien commencer quelque part. Si vous êtes un peu plus haut, vous avez la chance de vous permettre des découvertes. Faites vos expériences et remarquez dans quelles activités vous vous sentez le mieux. Même s’il s’agit de bénévolat, d’activités artistiques, ou indépendantes… Certaines personnes arrivent à allier leur passion à leur travail, c’est prouvé ! Ça s’appelle “Professionnaliser ce qu’on aime”. Observez donc ce que ces personnes ont fait pour y arriver.

 

Raisons sociales : vos parents ou la famille veulent que vous alliez dans cette direction, parce que c’est LEUR désir. Désir de quoi ? Je le développe dans cet article Comment croire en son projet sans avoir le soutien des autres. Il est temps de couper le cordon et de ne pas laisser des personnes extérieures se sentir responsables de votre vie. C’est vous qui choisissez votre travail et en assumerez les résultats, quels qu’ils soient. Si vos ami(e)s travaillent dans un même milieu et que vous êtes tenté de les rejoindre, à vous d’écouter ce qui est le plus attrayant pour vous : Est-ce le fait d’être avec des gens que vous connaissez et que vous appréciez, plus que le travail ? Ou est-ce l’inverse. C’est un choix vis à vis de vous-même : Qu’est-ce qui est le plus important dans votre vie ? Vous aimerez-vous en étant épanoui dans votre travail ou en étant le plus souvent possible avec vos amis ?

 

Raisons professionnelles : Vous commencez un nouveau contrat pour valoriser votre expérience sur votre CV ? Si ceci vous permet d’atteindre plus tard un travail qui vous convient mieux, alors vous êtes dans une démarche de patience et d’effort. Elle s’avère bénéfique pour vous lorsqu’elle tend vers un objectif motivant, une perspective qui vous stimule ! Dans le cas où c’est simplement vers un travail qui vous laisse indifférent, alors c’est que vous n’êtes peut-être pas dans le bon domaine. Vous avez besoin de changement. Peut-être prendre le risque d’entamer un travail inconnu. D’abord pour vous éprouver (vous tester), et gagner une nouvelle expérience !

 

2) Comment vous vous sentez quand vous y êtes ?

 

Vous sentez-vous bien ? Ou avez-vous déjà envie de rentrer chez vous dès la première heure ? Si vous regardez souvent l’horloge, c’est que vous n’avez pas assez d’intérêt à être à ce que vous faites. Et ce que vous faites n’est pas intéressant pour vous en réalité. Ça ne vous enrichit pas. Ça l’est peut-être pour une des raisons qu’on a vu plus haut, mais pas pour vous-même : votre être, vous comprenez ?

Il est primordial d’être en accord avec ce que vous faites si vous voulez vous sentir bien et à votre place. Trouvez une activité (ou plusieurs) dans lesquelles c’est le cas, et renseignez-vous sur la façon de les professionnaliser.

 

travail

 

3) Comment vous vous y êtes senti ?

 

Il peut arriver de vous être senti plutôt bien au moment où vous faisiez votre boulot. Mais si une fois avoir quitté votre poste, vous vous sentez beaucoup mieux que lorsque vous y étiez, alors c’est qu’il y a un fossé entre qui vous êtes à l’extérieur et ce que vous êtes au travail. Ceci peut être satisfaisant mais temporairement. Si la situation vous convient, restez-y. Mais si vous sentez comme un doute inexplicable qui se manifeste au fond de vous, comme “Je fais mon travail mais…” alors il est peut être temps d’explorer de nouveaux terrain, de vous éprouver lors de nouvelles expériences.

Trouvez une formation qui puisse vous aider à accomplir quelque chose de plus plaisant, ou préparez votre future expérience en vous renseignant par vous-même (internet, rencontres avec des professionnels, associatif, déplacements etc…). Vous avez toutes les ressources pour mettre au moins une de ces actions en place.

 

4) Comment vous vous sentez quand vous n’y êtes pas ?

 

Lorsque vous êtes partout sauf au boulot, comment vous sentez-vous ? Si la réponse est “incroyablement bien” ou juste “bien mieux”, alors c’est que vous faites un travail poussé par une des raisons vues dans la première question. Et que cela vous desservira sur le long-terme. Vous avez peut-être même des problèmes de santé sans trop savoir pourquoi… Si vous y restez longtemps, c’est votre corps qui parlera jusqu’à ce que vous l’écoutiez.

Alors trouvez des moyens pour vous réengager, maintenant ou à l’avenir, dans une formation ou un travail, qui répondra plus aux besoins de votre personne. Rien n’est plus important que vos besoins.

 

travail
Photo par Marina del Castell

 

5) Qu’est-ce que ça nourrit en vous ? (la plus importante)

 

Qu’est-ce que votre travail nourrit en vous ? Un sentiment de fierté ? Une satisfaction ? De la chaleur humaine ? De l’indépendance ? De la joie ? De l’adéquation avec vous-même ?… Il doit vous apporter quelque chose que vous aurez envie d’emporter chez vous et pas dont vous aurez envie de vous débarrasser. Quelque chose qui pourra faire partie intégrante de votre vie. C’est ça un travail qui nous correspond. Celui qui colle à une facette (ou plusieurs) de notre personnalité.

 

Conclusion :

 

Le message de cet article est : “Expérimentez une voie qui vous fait plus vibrer”. Du temps que vous n’y allez pas, vous aurez bâti tout un tas d’hypothèses pour vous convaincre en quoi elle serait bénéfique ou non pour vous, mais sans en avoir la certitude exacte, et l’expérience réelle pour pouvoir en parler.

 

Jean Cocteau le disait : “On ne regrette que ce qu’on n’a pas fait.”

 

J’ai conscience que pour certaines personnes, il n’est pas facile de changer de travail en un claquement de doigt. Je pense à ceux qui le font pour des raisons alimentaires. Les mères ou pères célibataires qui doivent nourrir leurs enfants par exemple… L’adaptation dans ces conditions est plus complexe mais possible. Il faut simplement être indulgent avec le temps qu’on se donnera pour atteindre le bien-être que l’on souhaite par notre changement professionnel.

Avancer dans l’incertitude est la chose qui demande le plus de force de votre part. Car vous ne savez peut-être pas où vous allez. Mais une chose est sûre, vous ne pouvez pas stagner, vous ne pouvez qu’évoluer. À vous de choisir comment vous allez le faire.

Aujourd’hui sur internet, de nombreuses sources gratuites sont disponibles, et des professionnels sont prêts à vous aider. J’en fais partie. Et si un doute inexplicable persiste en vous, je vous invite à prendre contact avec moi via les séances en ligne ou par un accompagnement mail.

 

Si cet article vous a plu, vous pouvez faire un don ; Ce qui aidera au développement du blog et à élargir encore plus notre communauté !

FAIRE UN DON

.

Ou simplement partager cet article à vos ami(e)s, et aux personnes qui en auraient besoin.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :