Guérir vos blessures grâce à l’écriture thérapeutique

liste de valeurs

L’écriture, c’est thérapeutique. Je le dis par expérience et parce que vous aussi vous le savez au fond de vous-même. Cependant, nombreux sont ceux qui ne se lancent pas, faute de temps ou de moyens. Dans cet article, je vous explique comment écrire le plus simplement possible afin de vous offrir vos propres moments de thérapie, sans avoir besoin de consulter un thérapeute.

 

Quels sont les bénéfices de l’écriture thérapeutique ?

Je liste les principaux avantages d’écrire, sans être exhaustif pour autant. Il y en a d’autres !

faire une psychanalyse

1) C’est privé

Écrire, c’est poser ses idées sur le papier (ou le PC). C’est évacuer, vider son sac, appelez ça comme vous le voulez.

Lorsque vous écrivez, vous vous trouvez face à vous-même. Vous êtes votre seul juge puisque vos écrits vous appartiennent. C’est pour cela qu’il est important qu’ils restent privés et qu’on a longtemps parlé du “journal intime”.

Personne d’autre que vous ne voit ce que vous écrivez. Vous êtes donc à l’abris de toute critique ou volonté de changer ce que vous pensez.

Vous êtes libre, faites ce que vous voulez !

 

2) Liberté totale

Vous n’avez besoin d’aucune compétences d’auteur ou je ne sais quoi pour parler de vous-même. Vous avez juste à écrire ce que vous ressentez. Donc, aucune règle ou exigence, à part celles que vous souhaitez.

Si cela est compliqué pour vous parce que vous n’avez pas l’habitude de cet “exercice”, je vais vous demander de voir les choses sous l’angle suivant :

Imaginez que vous parlez à une personne bienveillante, réelle ou fictive. Comme durant notre enfance, certains d’entre nous avions un(e) ami(e) imaginaire. Si ce n’était pas le cas pour vous, il n’est pas trop tard ! Votre imagination est toujours active, donc allez-y. Autorisez-vous à avoir vous aussi quelqu’un de bienveillant avec vous.

L’important est de vous sentir libre de lui confier tout ce dont vous voulez parler.

 

3) Connaissance de soi

Plus vous allez écrire et plus vous allez vous rendre compte des situations qui vous font écrire. En plus de ça, vous allez observer de plus en plus vos pensées, ainsi de comment vous vous sentez dans ces moments-là. À force de répétition, la charge émotionnelle de ce qui vous préoccupe va diminuer progressivement, vous laissant alors plus de place pour envisager les choses différemment et donc, d’agir d’une autre manière face à vos “problèmes”.

En gros, écrire favorise l’exploration de soi. Ainsi, vous vous connaissez mieux face à la difficulté : vos réactions, vos pensées, etc.

 

4) Zéro dépendance extérieure

Pour écrire, vous n’avez besoin que de vous-même ainsi que d’un support et d’un stylo (ou d’un PC).

Les thérapies analytiques telles que la psychanalyse ou la psychologie orientée analyse, sont un espace dans lequel vous pouvez vous exprimer oralement. Tout ce qui vous passe par la tête peut être explorer. Cependant, il vous faudra un petit budget financier pour réitérer l’expérience et vous déplacer pour revoir la personne qui vous suit (à moins que ce soit par téléphone ou par internet), ainsi que de vous adapter à SES disponibilités à elle. En clair, vous dépendez de cette personne pour lâcher ce que vous ressentez.

Si vous écrivez, vous pouvez le faire dés que vous en ressentez l’envie ou le besoin.

 

5) Pas besoin de parler

Pour certains, verbaliser ce qu’ils ressentent est compliqué. Écrire permet alors de prendre son temps pour formuler ce qu’il se passe en soi, sans risquer le jugement d’un regarde extérieur comme on l’a dit plus haut.

De plus, il n’y a pas de formulation plus valable qu’une autre. Écrire permet de dire ce qu’on ressent, de la façon dont on veut… même si ça ne ressemble à rien à l’oral.

 

Utilisez la loi de Hebb à votre avantage !

changer grâce à l'hypnose et la pnl

Qu’est-ce que la loi de Hebb ?

Je ne suis pas neuroscientifique mais je vais vous l’expliquer dans les termes les plus simples.

La loi de Hebb démontre que les neurones qui s’activent ensemble se relient entre eux. À force de s’activer entre eux par répétition, leur lien est renforcé.

C’est ce dernier point qui est le plus important.

 

Lutter contre les ruminations

Ce qui active les neurones, ce sont vos pensées.

Lorsque vos pensées sont agréables, ceci crée un bien-être chez vous… qui répétées souvent, influe positivement sur votre état.

Cependant, nous avons l’habitude de ruminer les pensées désagréables. Elles influent donc négativement sur notre état, générant un mal-être. Le cercle vicieux s’installe donc. Plus vous ruminez ce qui est désagréable et plus vous prenez l’habitude de le faire… puisque vos neurones ont renforcé leur lien de cette façon.

Ruminer renforce le lien entre vos neurones, ce qui crée une habitude voire un réflexe.

 

Une solution

Si vous voulez lutter contre les ruminations, écrivez vos pensées désagréables.

Parce qu’écrire permet de poser sur le papier. Une fois que vos pensées sont écrites, le cerveau considère cela comme un acte symbolique qui ne nécessite pas de revenir dessus.

Ne me croyez pas si vous voulez… essayez et vous le verrez par vous-même.

Certains écrivent et ne se relisent jamais. Ils ont des journaux intimes qui traînent et n’y reviennent que bien des mois voire des années plus tard, constatant alors leur évolution depuis.

Écrire met alors fin à la rumination, ne permettant plus l’activation aussi fréquente des neurones entre eux sur les pensées désagréables.

 

Mon conseil personnel

Écrivez toutes vos pensées désagréables lorsqu’une situation ou un moment difficile vous travaille. Vous relâcherez une bonne partie de la charge émotionnelle ressentie et vous vous débarrasserez des pensées polluantes pouvant tourner en boucle dans votre tête.

Toute pensée désagréable revenant plusieurs fois en vous doit être écrite pour votre bien, selon moi.

En revanche, lorsque des pensées agréables arrivent en vous, que ce soit une découverte sur quelqu’un, sur vous-même, d’un lieu, d’une activité ou autres… laissez-les maturer un peu avant de les écrire. Ce ne sera plus vraiment une rumination mais une réflexion positive amenant sur d’autres façons de voir un pan de votre vie. Celle-ci peut alors activer plusieurs fois vos neurones entre eux et renforcer leurs connexions.

Écrivez-la un peu plus tard alors, au moment où vous en aurez envie simplement.

 

Les supports d’écriture

Les supports d’écritures sont multiples : tags, gravure sur bois, sur verre, pierre…

Je plaisante.

Généralement, on parle de support papier ou informatique.

 

Papier :

travail idéal

Un petit livre ou journal fait l’affaire. Il permet de sentir quelque chose palpable sous vos doigts afin d’éveiller les sens : l’odeur du papier, la sensation du crayon, bruit des pages… Certains le définiront comme plus “authentique”.

Quelques liens de journaux que vous pouvez vous faire livrer, bien que vous trouverez sûrement votre bonheur dans la librairie ou papeterie à côté de chez vous.

 

Informatique :

journal intime pc

Il s’agit simplement de votre PC ou de votre ordinateur. Le smartphone est possible aussi bien que je pense qu’il n’est pas très confortable pour écrire sur plusieurs minutes d’affilé.

Mieux vaux être confort quand on écrit !

Même si on peut perdre l’authenticité du support papier, l’informatique se rattrape pour ceux qui veulent être encore plus confortable par l’avantage suivant :

On écrit généralement plus vite sur un PC qu’avec un stylo. Pour ceux qui pensent vite et beaucoup, l’informatique leur permettra d’évacuer et étoffer leur réflexion d’une façon plus adaptée.

Moi étant très mental, je suis sur sur ce support 😉

 

Conclusion

J’espère que cet article vous aura aidé à vous lancer et à choisir votre support. Voici ma vidéo qui a précédé cet article. Je vous invite à le partager et à vous abonner à la chaîne YouTube. À bientôt !

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :